Le socialisme et les intellectuels

imprimante
Collection
Parution
Octobre 2004
ISBN
291572704x
Pages
44

Paul Lafargue connaissait son sujet, quand il traite des rapports entre le mouvement ouvrier et les intellectuels. Toute sa vie consciente fut une vie de militant du mouvement ouvrier révolutionnaire. Les organisations socialistes françaises, durant leur difficile jeunesse, n'avait pas été riches d'intellectuels mettant leurs connaissances et leurs capacités au service de l'émancipation du prolétariat.
Jusqu'à la fin des années 1880 les dirigeants comme Lafargue avait passé par la dure école de la lutte, de l'exil, des combats au sein de l'Internationale, de la construction patiente des organisations ouvrières, de la lutte pour implanter les idées révolutionnaires dans la classe ouvrière, des efforts pour instruire et cultiver leurs camarades. À leurs côtés, les cadres des organisations révolutionnaires étaient surtout constitués d'ouvriers autodidactes, qui avaient appris pour mieux comprendre et qui avaient continué à étudier pour mieux combattre.
C'est donc avec une méfiance légitime que Lafargue vit, dès les premiers succès électoraux des organisations socialistes, un certain nombre d'intellectuels rallier leurs rangs, revendiquant, forts de leurs titres universitaires ou de leur place dans la société, la place de chef ou de représentants qu'ils estimaient devoir leur revenir. Lafargue craignait, à juste titre que le parti attire surtout des gens qui, même s'ils étaient des intellectuels dans leur activité professionnelle de médecin ou de naturalistes, n'étaient que des dilettantes qui "s'imaginent qu'on peut s'improviser théoricien du socialisme au sortir d'une conférence ou de la lecture d'une brochure parcourue d'un oeil distrait".
Il craignait de voir ces nouveaux venus tenter d'accommoder le socialisme à la sauce de leur savoir, en fonction des idées et des préjugés dominants dans la classe privilégiée, plutôt que d'utiliser leurs facultés intellectuelles à mieux comprendre et défendre les idées socialistes révolutionnaires.
Devant une assistance de futurs intellectuels liés au mouvement socialiste, Lafargue fait le portrait d'une couche sociale, celle à laquelle ils appartiennent.