Où va la France ?

imprimante
Collection
Parution
Mars 2007
ISBN
9782915727135

Trotsky connaissait bien la politique française. Il avait séjourné à Paris deux ans pendant la Première Guerre mondiale, avant d’en être expulsé, et avait noué des relations étroites avec les rares militants ouvriers français qui continuaient alors à défendre la tradition internationaliste. Plus tard, au sein de la direction de l’Internationale communiste, il avait particulièrement suivi les premières années d’existence du Parti français. Expulsé d’URSS en 1929, il avait après un passage en Turquie, momentanément trouvé asile en France en juillet 1933, avant d’être expulsé en juin 1935. Cet asile accordé sous conditionne lui avait permis aucune activité politique publique. Mais il avait été particulièrement bien placé pour suivre le déroulement de la crise politique ouverte par les manifestations de février 1934.
Où va la France ? fut d’abord le titre d’un article de Trotsky publié en novembre 1934. Il devint ensuite le titre d’un recueil comprenant l’ensemble des articles consacrés par Trotsky à la situation française jusqu’en juin 1936, recueil édité par la Librairie du Travail.
À ce recueil ont été adjoints, dans cette édition, des textes rédigés par Trotsky au lendemain des grèves de juin 1936, et après l’échec de la grève générale du 30 novembre 1938.
Le point de vue défendu dans ses articles par Trotsky, "La révolution française a commencé", est d’abord celui d’un militant, préoccupé de proposer une politique permettant à la classe ouvrière d’aller jusqu’au bout des possibilités de la situation. Mais il fait aussi preuve de clairvoyance quant aux problèmes qui se posent à la société française. Lui qui depuis 1934 répétait que la question posée était celle de l’évolution du pouvoir vers un régime dictatorial, si la révolution prolétarienne ne l’emportait pas, verra son jugement confirmé par l’évolution de la IIIe République sous la houlette de Daladier et Paul Reynaud, qui brisèrent le mouvement ouvrier, avant même la mise en place de "l’Etat français" de Pétain en juillet 1940.
La réédition, aujourd’hui, de ces textes, n’est pas seulement une manière de commémorer des événements bien plus complexes que le seul accès aux congés payés qu’ont retenu la plupart des commentateurs actuels. C’est aussi donner à de nouveaux lecteurs un outil précieux pour comprendre l’histoire de la France dans les années qui précédèrent immédiatement la Seconde Guerre mondiale.